Veiller sur mes parents… Ou comment se décharger de ses responsabilités

Veiller sur mes parents… Ou comment se décharger de ses responsabilités

S’il y a bien quelque chose qui m’agace, c’est quand des enfants en parfaite santé laissent tomber leurs parents… Et récemment, le groupe La Poste a lancé un nouveau concept Veiller sur mes parents. Je peux déjà vous dire que quand je vois la publicité qu’ils en font, ça m’hérisse les poils.

 

Comme la femme le dit dans la pub : « On ne fait pas des enfants pour qu’ils s’occupent de nous ».
Certes… La majorité des parents n’ont pas eu leurs enfants dans l’intention initiale qu’ils aient à les prendre à charge, une fois âgés. Mais… Mis à part les cas particuliers, nos parents/grands-parents ont toujours été là pour nous, non ? De notre naissance jusqu’à maintenant. C’est eux qui ont changé nos couches, qui se sont levé les nuits pour nous nourrir, qui ont fait en sorte que nous ayons la meilleure éducation possible, que nous puissions nous épanouir… Ils nous ont vu grandir, ils nous ont accompagné à chaque étape de notre vie, ils ont toujours été/sont toujours là pour nous en cas de besoin… Alors pourquoi les laisser tomber et se dégager de la moindre responsabilité envers eux à la première occasion ?

 

Des cas particuliers

Attention, vous l’avez bien compris, je parle uniquement d’une certaine catégorie de personnes égoïstes et visiblement sans cœur prêtes à tout pour se dédouaner. Il y a bien sûr des cas particuliers. Je ne pense pas pouvoir tous les englober : mauvaises relations avec ses parents, parents abusifs, parents ultra-autoritaires, parents toxiques… Ou encore problèmes de santé ou très grande distance ne permettant pas de se déplacer facilement… De très nombreuses raisons plus que valables et légitimes peuvent faire que l’on ne peut pas voir ses parents/grands-parents très souvent.

Je comprends tout à fait qu’une personne ayant subi les humiliations perpétuelles de son père/sa mère durant toute son enfance n’ait pas particulièrement envie de le/la voir. Je comprends tout à fait qu’une personne abandonnée par l’un de ses parents n’ait pas le souhait de l’avoir à charge, une fois âgé(e).
Non, la catégorie de personnes dont je vous parle et qui m’exaspère au plus haut point est tout à fait différente. Nous allons voir ça ensemble

 

Photo trouvée sur Pixabay

 

Des enfants gâtés

Les personnes dont je vous parle ici sont pour la plupart des membres des deux générations d’enfants-rois qui ont suivi celle du Babyboom. Des gens, entre 18 et 60 ans, qui ont eu l’habitude d’avoir ce qu’ils souhaitaient ou, à défaut, de faire ce qu’ils voulaient sans penser réellement aux conséquences de leurs actes. Des gens qui maintenant se disent sages et qui, en réalité, ne sont même pas fichus d’aller voir leur mère ou leur père. Les personnes les ayant élevé du mieux qu’ils le pouvaient et vivant à deux pas de chez eux.

Je vous parle de ces personnes qui se disent trop occupées pour aider leur mère malade en faisant un brin de ménage, une fois de temps en temps. Je vous parle de ceux qui se disent trop débordés pour ne serait-ce que faire un petit coucou et profiter de moments partagés avec la personne qui leur a offert la vie, sans contrepartie. (si ce n’est un peu d’amour et de respect)

Vous savez comment on appelle ce genre de personnes ? Des ingrats. Voilà ce que c’est. De l’ingratitude.
Ces gens n’ont même pas conscience de la chance qu’ils ont de pouvoir encore partager ce genre de moments. Ils les gâchent en faisant passer leur égoïsme pour un simple manque de temps. Et pourtant, ils seront les premiers à se lamenter dès que leur parent aura disparu (puis à se battre pour l’héritage, mais ça n’est qu’un détail). Ce genre de comportement est tellement ridicule, pathétique, minable qu’il en deviendrait presque risible.

 

Photo trouvée sur Pixabay

 

Un bon concept

Je vous dis que Veiller sur mes parents m’hérisse le poil… Pourtant, à l’origine, c’est un concept intéressant censé permettre aux enfants habitant loin de leurs parents âgés de s’assurer que tout va bien. Ainsi que de permettre à leur(s) parent(s) d’avoir un certain contact avec le monde extérieur. (pour le cas où ils ne pourraient pas sortir de chez eux tous seuls, n’auraient pas accès à l’extérieur etc)

Mais pour beaucoup de gens, ce sera surtout un moyen de se donner bonne conscience. « Tiens, j’ai la flemme d’aller voir mon père, payons le facteur pour qu’il prenne un café avec lui à ma place… Ouhlàlà qu’est-ce que je suis occupé, je n’aurai pas le temps de rendre visite à ma mère pour la cinquième fois consécutive depuis le début de l’année. Comme elle doit commencer à se sentir seule, payons La Poste pour nous décharger un peu ! Ça nous évitera la perte de temps, les radotages incessants et les bisous qui piquent ! » Je trouve ça misérable.

Et dire qu’avant, les facteurs le faisaient bien volontiers et gratuitement ! Mais il semblerait que beaucoup aient été réprimandés parce que ça prenait trop sur le temps de travail. (Bravo à La Poste qui a réussi à faire d’un petit geste sympathique et altruiste un service payant (à un prix exorbitant, en plus)) Pourtant, il n’y a rien de plus humain que de discuter un peu avec les personnes que l’on voit tous les jours lors de livraisons. Seulement… N’oublions surtout pas que nous vivons dans un monde où l’amabilité, la gentillesse, sont intéressées et hypocrites !

 

Photo trouvée sur Pixabay

 

En bref…

Malgré qu’on dirait que je blâme tout le monde, l’idée n’est pas mauvaise en soi. C’est surtout son application et utilisation qui va être encore source d’exagération. Mais, au moins, peut-être que cela évitera que des personnes âgées tout à fait saines d’esprit et considérablement en forme se retrouvent en maison de retraite prématurément. Et peut-être que les plus isolées d’entre elles pourront enfin parler à quelqu’un d’autre que leur chat/chien/micro-ondes (?), à défaut de pouvoir communiquer sainement avec leurs enfants. Et ce, même s’il faut payer pour ça. Pour avoir un semblant de compagnie…

Petite réflexion en aparté… Maintenant que j’y pense, ce genre de services fait un peu penser à ce site qui avait fait un carton auprès des hommes d’affaires, il y a quelques années. Des jeunes filles (étudiantes, mères célibataires) étaient simplement payées – en nature ou en espèce – pour tenir compagnie aux hommes d’affaires français et étrangers, etc… Pendant leur séjour en France. Soi-disant qu’il s’agissait uniquement de tenir compagnie, de jouer un rôle d’hôtesse… Mais il doit bien y avoir eu des dérapages, pour parler poliment. Je n’ai lu qu’un ou deux articles à ce sujet, il y a longtemps. Je ne me souviens donc plus de quoi il ressortait exactement. Quoiqu’il en soit, cette idée de vendre la compagnie des facteurs et factrices me fait curieusement un peu penser à ça.

 

Photo trouvée sur Pixabay

 

Le sujet de la personne âgée au cinéma

Il y a à peu près quinze jours, ma mère, mon frère et moi sommes tombés sur un très bon film dans notre bibliothèque. C’était un long-métrage inconnu au bataillon que ma mère a sûrement trouvé dans une brocante. L’histoire était fascinante.

Je vous laisse découvrir la bande annonce de Les Souvenirs, de Jean-Paul Rouve (2015) :

Nous avons adoré. Et nous avons pleuré, aussi. La pauvre mamie (Annie Cordy) se retrouve tout à coup enfermée en maison de retraite, perd tous ses repères et décide donc de fuguer. De retourner dans son village d’enfance. Seul son petit-fils (Mathieu Spinosi) – le reste de la famille est un peu misérable et inutile – essaie vraiment de faire en sorte de la retrouver. Et par la suite, de réaliser son rêve.
On voit bien la différence entre l’amour et le respect que le petit-fils a pour sa grand-mère, et les réactions de ses propres enfants. Ces derniers sont à jeter. M’enfin.

 

Je vais m’arrêter là pour le moment. Je pense avoir dit tout ce que j’avais à dire. (en vrac, surtout. Tout ça n’a pas l’air très structuré et je m’en excuse) Je ne suis pas sûre que tout le monde soit d’accord avec moi, mais tant pis. Après tout, ce n’est que mon point de vue. Un parmi tant d’autres.

 

En attendant de recevoir le vôtre, je vous souhaite une très bonne fin de journée !

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 thoughts on “Veiller sur mes parents… Ou comment se décharger de ses responsabilités”

  • Perso, j’ai vu cette pub et j’ai trouvé que c’était une bonne chose. Je pense que même si les enfants s’occupent de leurs parents, ils ne peuvent pas être présents 24h sur 24 et 7 jours sur 7… Cette solution est un plus (à mon sens) car elle permettra de rassurer tout le monde, de dire « la personne va bien ». Elle n’empêche pas que les enfants s’occupent quand même de leurs parents et passent les voir (après leur boulot, par exemple). Ces dernières années, les personnes âgées se retrouvent souvent en home alors qu’elles pourraient rester chez elles avec des services adaptés. Pour moi, cette initiative est un pas supplémentaire dans cette direction 🙂
    Belle journée 🙂

    • Ah oui, c’est sûr, comme je le dis dans l’article, c’est une bonne idée, à l’origine ^^ Tout comme le fait que ça aidera sûrement ceux qui prennent réellement soin de leur famille mais qui, forcément par le travail ou la distance, ne peuvent pas être là tout le temps. Je ne visais pas du tout les individus lambdas.
      Ce qui est surtout dérangeant, pour en avoir discuté avec plusieurs personnes, c’est que ça va être utilisé à mauvais escient par énormément de personnes. C’est-à-dire que je vis dans un endroit où il y a extrêmement de personnes âgées et beaucoup d’entre elles ont très peu ou pas du tout de nouvelles/aide de la part de leurs enfants avec lesquels elles ont pourtant des relations « normales ». Sous prétexte qu’ils sont trop occupés. Il y a un sacré abus à ce niveau-là. Quand j’apprends qu’une petite mamie ayant le plus souvent du mal à se déplacer et vivant seule se retrouve pendant un mois avec une maison pleine de crottes et de pipi parce que des chats sauvages ont réussi à entrer chez elle et que ses proches (qui habitent à quelques kilomètres de chez elle) n’ont soit-disant pas le temps de venir l’aider à virer les chats et nettoyer… En sachant qu’elle n’a officiellement pas le droit à une aide extérieure (aide-soignante, aide au ménage)… Je trouve ça juste… Horrible. Et ce n’est pas un cas unique dans le genre, malheureusement.

      Et en fin de compte, ce système payant mis en place par La Poste va, certes, permettre aux personnes âgées d’avoir de la compagnie, de ne plus être isolée etc. Mais elles craignent aussi d’avoir encore moins de nouvelles de leurs enfants (qui vont donc se décharger de cette sorte de responsabilité).

      Ce qui choque d’autant plus, c’est que ce genre de relations avec leur facteur/factrice, ils l’avaient déjà avant, gratuitement. C’était une relation saine basée entre deux êtres humains, et non intéressée. Le soucis est que ça soit devenu payant. Les gens vont littéralement payer pour cinq minutes de conversation et un texto par semaine (je caricature, mais l’idée est là). C’est navrant de voir qu’on vit dans un monde où même une simple action, qui pourtant est des plus naturelles, devient payante.
      Enfin de compte, après m’être relue, je me rends compte que ma colère était surtout dirigée vers ces personnes qui ne prennent pas du tout le temps de prendre soin de leur(s) parent(s). Et envers les conditions de travail qui empirent au point que tout est chronométré et qu’un lien social devient payant. Envers la société actuelle, en somme.
      Bref. Heureusement, tout n’est pas noir en soi, ça aidera bien les personnes qui en ont vraiment besoin 😉
      Quoiqu’il en soit, je te remercie de m’avoir donné ton avis 🙂 Je suis contente de voir qu’il existe encore des personnes qui entretiennent toujours de vraies et bonnes relations avec leurs parents ^^
      Très belle journée à toi aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *